#politica #sociedad / #Violencia contra el pensamiento sin precedentes. #psicoanalisis

11 Déc

 

¿De una autoridad que refuerza la alienación? Del enfoque de la disfasia…

Claude Breuillot

Twitter: @cbreuillot

Blog: psychanalyse_bourgogne.wordpress.com

Dia de Análisis Freudiana de Lyon

8 de diciembre 2018

No dejamos de recibir en análisis a mujeres sometidas al estrago[1] , (Lacan, 1973) este control de la autoridad materna, esta autoridad que habrá logrado mantenerlas alejadas del psicoanálisis manteniéndolas en la alienación, para no correr el riesgo de pérdida, de despojo, de un desarrollo demasiado grande de sus hijas que hubiese podido otorgarles el franqueo, la emancipación y la libertad. ¿Cómo y a que fines el tercer plan autista continua su debilitamiento, y hasta la socavación del trabajo de los psicoanalistas, celebrando un montón de personales de la educación, del médicosocial, del médico, de la caja de subsidios familiares … ofreciéndoles formaciones perturbadoras, siempre más cargadas en ideología y desregulación, pretendiendo ser fuerza legal, atacando el pensamiento, el libre albedrío? ¿Hacia una homologación de los protocolos y de los profesionales creando la desconfianza y el caos?

En itálico, algunas frases escogidas de entre los esquemas de los planes autismo.

ACTUAR GRACIAS A LA FORMACION

«Formar todos los actores

  1. El autismo: el asunto de todos

Las personas con autismo u otro TGD están en relación con toda la sociedad …
Para lograr estos objetivos, los mecanismos que hay que utilizar se sitúan tanto a nivel de la formación inicial como al de la formación continua, para llegar al máximo de profesionales de estos tres ámbitos acreditados como mayores en la trayectoria vital de las personas con autismo.
Conviene que los profesionales de salud que intervienen en primera elección (médicos generales, pediatras, profesionales paramédicos) sean bien formados en detectar el autismo, al fin de poder hacer efectiva la detección temprana y la orientación hacia intervenciones adaptadas, eje prioritario de este plan.
 Se adaptarán los programas de capacitación iniciales en consecuencia, a medida que se integran los diplomas al esquema Grado-Máster-Doctorado. Del lado de la formación continua, las orientaciones nacionales del Desarrollo Profesional Continuo (DPC) van a permitir desarrollar programas dedicados al autismo apoyándose en los métodos y modalidades aprobados por el HAS y el ANESM.[2] « 

 

Y en la estrategia del desarrollo de la influencia hábilmente infundida, llevarles la vida:

«Además, los programas serán abiertos a diferentes categorías de profesionales de la salud, permitiendo así un intercambio pluridisciplinario, ventaja importante del DPC para una mejor coordinación de los cuidados en la trayectoria vital de las personas.»

 

 

Traduzcámoslos: ¿un trabajo de propaganda orquestado para plebiscitar y formar a personales sumisos y subyugados? Su ideología naciente debe difundir hasta suprimir la psicosis infantil hoy en día llamada TGD[3]:

Los conocimientos de los formadores serán adaptados en primer lugar con el fin de que dispensen luego enseñanzas actualizadas en materia de autismo y de TGD tanto en el marco de los diplomas de trabajo social, de cualquier nivel, que en el seno de las formaciones complementarias de la formación profesional en donde son actores. Para permitir esta evolución, una colaboración será establecida entre la Unión Nacional de las Asociaciones de Formación y de Búsqueda en Intervención Social (UNAFORIS) y la Asociación Nacional de los Centros de Recursos Autismo (ANCRA).
Tratándose de profesores, su formación inicial se regirá por las nuevas escuelas superiores del profesorado y de la educación. Su base de competencias en la profesión está en curso de elaboración. « 

“ El lanzamiento desde el palacio del Elíseo, el 6 de julio de 2017, de la concertación preparatoria a una nueva estrategia autismo en el seno de los trastornos del neurodesarrollo manifestó el alto nivel de compromiso del presidente de la República. Para eso, la preparación de la estrategia 2018-2022 para el autismo en el seno de los trastornos del neurodesarrollo (TND) reunió en términos amplios todas las partes interesadas. [4] « 

Formaciones de-formantes que entrenan en el desierto, escondidos en medio de campos atrincherados, al igual de los simpatizantes de la Yihad, un ejército de pequeños batallones, de francotiradores, una milicia  » a pesar de ella « , los apóstoles del nuevo mundo encargados de evangelizar, de distribuir la palabra del Señor, de conquistar las masas con la estrategia de la felicidad y de la psicología llamada positiva. Leer al respecto Happycratie[5]. ¿Cómo « estos agentes de la felicidad iban a hacer de agentes purificantes […] proporcionando reformulaciones científicas y legítimas[6]« ? Intentaré comparar estos cuestionamientos con los avatares relativos al encuentro con un niño de 3 años, mudo, y sus padres. ¿Cómo, cogidos en las redes del novlangue al diario, podrían los padres resistir a lo que más se parece a una opresión conformista que quiere imponer su norma? ¿No lleva la lengua los estigmas de la autocracia que hasta impide el pensar? ¿Cómo permitirse cuestionar los informes de una Alta Autoridad sea cual sea? Los superlativos del lalangue, esta lengua inconsciente, no faltan para transcribir literalmente lo que sería indiscutible e innegable. ¿HAS, Alta Autoridad de Salud: no significa este acrónimo trasero (ass) en inglés? ¿Cómo actúan las palabras sobre los cuerpos y consiguen silenciarlos hasta la alienación? ¿A qué nivel de política pública se instala esta nueva gestión?

Christophe Dejours (Dejours, 2012) comprueba que la mayoría de los asalariados no tienen fe en la eficacia del modelo que los estropea al diario. Promover el estrés es un error. Este análisis atrae las codicias, los mercados de la escucha llamada psicológica, del coaching y del conductismo, que no se interesan « ni en el trabajo, ni en el psiquismo « . Esta apariencia de análisis  » rodea así los ámbitos de la dominación y de la sumisión para subrayar sólo el estrés. No se contesta al sufrimiento si no se plantea bien la pregunta. Los individuos en la lucha por el reconocimiento buscarían libertad de poner su propia identidad. […] la Clínica impone ser más preciso: lo que moviliza a la gente es la esperanza del reconocimiento[7]. « Añadiré: el reconocimiento de la identidad profesional adquirida. Voy a ilustrar con una historia oída en el diván. Gaëtan, 10 años, acompañado por sus padres, se hace morder por el perro de la familia, al llegar a casa de los amigos. La herida es lo bastante grave como para necesitar 12 puntos de sutura al labio. Los niños están bajo los efectos del choque, y el cumpleaños queda interrumpido. Siguen las declaraciones a los seguros y un protocolo que seguir en caso de mordida. A pesar de haber respetado el seguimiento sanitario y de haber seguido la regulación vigente, deberán asimismo pasar por un conductista, esperando recobrar su perro en peligro de ser sacrificado. El artículo L.211-14-2 del Código rural y de la pesca marítima impone al propietario o al poseedor del animal de someterle a una evaluación de comportamiento realizada esta vez por una persona agradada, escogida en una lista departamental, en referencia al artículo L.211-14-1. Pasar por la lista de los expertos aceptados en comportamiento animal cuestiona sobre la capacidad de todo veterinario a realizar este análisis. Después, tendrá el poder de pedirle al propietario o al poseedor del animal que siga una formación y obtenga el certificado de aptitud mencionado al artículo L.211-13-1: « I.-El propietario o poseedor de un perro mencionado al artículo L. 211-12 tiene la obligación de ser titular de un certificado de aptitud que confirma la formación relacionada con la educación y el comportamiento caninos, así como la prevención de riesgos ».

¿Tas vez pueda esta situación ser un ejemplo de cómo podrían los protocolos que se colocan actualmente con los diferentes planes, inducir cierto cuidado de los niños con trastornos dys, por personas aprobadas, que habran seguido la formación Ad hoc en un tiempo récord? » La promoción acelerada de ejecutivos « gerentes » especializados en el trabajo de reorganización y el control de costos forman parte de las herramientas recurrentes de la transformación de las organizaciones públicas, con riesgo de marginar los ejecutivos más experimentados cuyas competencias profesionales son más sujetas en el terreno. Este fenómeno, que primero fue observado en las empresas públicas deseosas de « modernizarse » (Boussard y al. 2015) con el fin de pasar del « monopolio al mercado » (Tixier, 2002), se trasladó parcialmente a los funcionarios del Estado, impulsado particularmente por las reestructuraciones consecutivas a la Revisión general de las Políticas públicas llevada durante el quinquenio Sarkozy. [8][9]» « ¿Que dice inconscientemente la autoridad pública cuando le quita a un profesional una parte de sus responsabilidades relacionadas con su formación? ¿Cuáles son los efectos? « Detrás de la blusa, sobre todo no ir a ver lo que hay, porque desde luego no hay nada, sólo hay un significante. [10] » (Lacan, 1958)

Viñeta clínica: protocolos en trampantojo[11] (Lacan, 1964)

Recibo a Gilles (3 años 6 meses) con sus padres, unos meses después de empezar su entrada al parvulario. Su padre es muy callado, mientras que la madre y la abuela maternal parecen llevar la casa con mano de hierro. Cuando hablo a Gilles, su madre ingiere el mensaje y se lo traduce a su hijo, como si ella tuviera que controlar todas las interacciones.

En esta primera sesión, Gilles muerde regularmente a su madre, echa por el suelo todo lo que está a su alcance. Parece tener mucha furia en él. En la escuela, no se queda quieto, echa los objetos, parece que no comprenda las consignas y muerde a los otros niños. Ante las dificultades, Gilles solo esta aceptado en la escuela por las mañanas hasta la hora del recreo, lo que le impide a la madre encontrar trabajo temporal. Si Gilles habló antes de sus 18 meses, los padres notan un mutismo acerca de sus 2 años. Reconocen actualmente 10 palabras. La madre hablara de un periodo de crisis nerviosa psicológica vinculada a una situación familiar compleja donde tuvo que tomar las riendas para salvar a su propio padre. A este momento ella esperaba su segundo hijo. Parece que Gilles tiene acceso a todo, sin ningún límite: el cuerpo de su madre con quien toma su baño, su bolsa que vacía durante las sesiones sin que ella reaccione …

Propongo recibir a Gilles 3 a 4 veces por semana, asegurándome de que les sea posible a los padres pagar los 5 euros de la sesión. No noto estereotipias, ecolalias, así que no pienso expresamente a autismo sino más bien en psicosis infantil. Mi deseo es empezar sesiones terapéuticas asociando a los padres, antes de que vean un ortofonista. Me autorizan a encontrar a la maestra. Ella observa una alteración entre el desarrollo del lenguaje y sus capacidades cognitivas.

Sometida al interrogatorio de su madre, su angustia alentara muy rápidamente la madre de Gilles a buscar profesionales por diestro y siniestro, empezando con su médico de cabecera quien la orientara hacia el servicio autismo del hospital. Llegará el diagnóstico una hora después: Gilles sufre de disfasia. Ingresan entonces en una serie de protocolos definidos.

Las sesiones van siguiendo. Lo recibiré unas treinta sesiones en 2 o 3 meses. La transferencia con el niño se establece. Es feliz de venir y sus padres que lo acompañan por turno comprueban evoluciones positivas. Pudimos poner palabras sobre momentos depresivos observados en Gilles. Dibuja libremente al cabo de 6 sesiones a su primera figura, una persona sin ojos ni brazos ni boca, volando en el espacio vacío de la hoja, con un choque en la cabeza, representado por una masa negra. La madre evoca a un bebé muy tranquilo que no lloraba. Gilles me trae una flor. La madre me dice que es muy penoso al momento de dejar mi oficina.

A petición del pediatra, seguirán el encuentro con el asistente social para rellenar la solicitud MDPH (casa de las personas discapacitadas), el establecimiento del seguimiento logopédico, e intercambios con la secretaria de la casa de discapacidad. Cada vez, los padres evocan a profesionales que ponen en duda el fundamento de su elección de haber venido a mi oficina. Sometidos a esta autoridad « condescendiente » que los guía hacia el CMP, que les hace dudar de mi capacidad a trabajar con su hijo, los padres paran las sesiones diciéndome esperar una plaza en CMP, porque, « sin tener la habilitación » mis honorarios correrán a su cargo.

De la elección del seguimiento terapéutico:

Los padres desprovistos, angustiados y a menudo legítimamente sobrepasados por Discursos con autoridad, muchas veces se ven llevados a deshacerse de sus responsabilidades. Pero, no existe obligación a seguir estos principios. El filósofo John Estuardo Mill (1806-1873) escribió:  » todos los esfuerzos del Estado para influir en el juicio de los ciudadanos acerca de sujetos discutidos son perjudiciales. [12]»

No es raro que el MDPH o la Educación Nacional no respete la elección de los padres. Este seguimiento, totalmente liberal, no le parece conveniente a la asistenta social y al coordinador escolar (persona que hace la conexión entre la escuela y la Casa Departamental de las Personas Minusválidas, MDPH). ¿Cuándo a éstas no les conviene este seguimiento, y luego se permiten decírselo a los padres, añadiendo que el niño necesita cuidados, una asistencia de día en hospital psiquiátrico, que dicen de su alienación a una regla imaginaria? ¿No se hacen cómplices? El diputado había presentado, en diciembre de 2016, una propuesta de ley para prohibir toda práctica psicoanalítica en el cuidado del autismo. Cabe recordar aquí que fue rechazada[13] . Así, el psicoanálisis fue clasificado por el HAS como terapia « no consensual ». Leer la discusión general a la Asamblea Nacional. Cuando los parientes(padres) tendrían la obligación de justificar todo lo que hacen para su niño sosteniendo(soportando) un sentimiento de culpabilidad inconsciente particularmente devorador que actuaría como una blusa pias « no consensuales ». Leer la discusión general a la Asamblea nacional[14]. Cuando los padres tendrían obligación de justificar todo lo que hacen para su niño soportando un sentimiento de culpabilidad inconsciente particularmente consumidor, que actuaría como una camisa de fuerza …[15]

Me refiero aquí a los padres de E* que cuestionaran el CDAPH (comisión de los derechos y de la autonomía de las personas minusválidas) la desestimación de sus gastos de cuidados por un psicólogo en liberal para el cálculo de sus derechos al complemento de AEEH (subsidio educativo del niño minusválido). Escribieron al CDAPH: « evidentemente, hubiésemos preferido escoger un cuidado al CMPP totalmente financiado por el Seguro de Enfermedad. Pero, como padres atentos al bienestar de nuestro niño, privilegiamos un seguimiento adaptado y eficaz en liberal. Además, en un proceso ciudadano, elegimos un cuidado mucho más barato para la sociedad. Porque, para su información, una sesión en CMPP vale unos 120 euros, cubiertos al 100 % por el Seguro de enfermedad contra 42 euros en liberal.  »

¿Qué padre no estará dispuesto a reivindicar sus derechos? ¿Qué dice la ley? «Sera castigado de tres años de encarcelamiento y de 375000 euros de multa el abuso fraudulento del estado de ignorancia o de la situación de debilidad […] de una persona en estado de sujeción psicológica o física que resulta del ejercicio de presiones graves o reiteradas o de técnicas que alteran su juicio, para llevar […] esta persona a hacer un acto o una abstención que le es gravemente perjudicial. [16]»

Para concluir … ¿Un sentimiento visceral de alienación? ¿Forzar a la obediencia por la intimidación?

¿No nos permite esta incursión en el mundo de las Altas Autoridades una junción con el rechazo de la castración y en el indecible, el enfoque con procedimientos perversos y la denegabilidad, la Verleugnung?
¿Cómo no quedar entrampado en los discursos de la Ciencia, de la política y quedarse en posición de Otro para escuchar esta voz singular del niño que juega en mi consultorio?[17] ¿No se trata de proponerles un señuelo a los padres asignados, amordazados y sometidos en un sitio ya programado, instituyéndolo? ¿Por la denegación de la realidad, retirar la Verdad fuera del circuito por una desviación cada vez más importante entre los enunciados y las enunciaciones? Se puede apostar que mientras escapen estos sistemas a los ciudadanos, las mentiras y sus actores perdurarán. Últimamente, volvió Francia a la presidencia de la OCDE. El presidente Macron y algunos más, incluyendo Carlos Säntiso[18], le sacaron provecho a la situación para favorecer una subida vectorial hacia el conductismo[19]. Se puede leer: « Esta « gran transformación » del Estado necesita, en definitiva, de aproximar las administraciones de los ciudadanos aprovechando el « nuevo oro negro » que son los datos de masa, la inteligencia artificial y las ciencias del comportamiento para un Estado más inteligente, o smart government para los anglosajones ». La OCDE actuaría como programa encargado de « destronar la política » de los estados. Es por esta fórmula, escribe Gregorio Chamayou[20], que se define la estrategia del neoliberalismo como poder destituyente. A buen entendedor pocas palabras bastan …

[1] J. Lacan, 1973. « L’étourdit », en Autres écrits, París, Le Seuil, 2001, págs. 465

[2] Tercer Plan Autismo 2013-2017 https://www.cnsa.fr/documentation/plan-autisme2013.pdf págs.26-30

[3] TGD: Trastorno generalizado del desarrollo.

[4] Cuarto Plan Autismo https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2018/04/dossier_de_presse_-_stategie_nationale_pour_lautisme_-_vendredi_6_avril_2018_2.pdf

[5] E. Canabas, y Eva Illouz, « Happycratie », Première Parallèle, 2018

[6] Ibid, pag.42

[7] C. Dejours, « La centralité politique du travail » en La panne, Bayard, 2012, pàg.120-121

[8] Tixier P.-E. (dir.), « Du monopole au marché, les stratégies de modernisation des entreprises publiques », Paris, La découverte. Coll. Textos en apoyo, 2002.

[9] A. Alex, sociólogo, conferenciante a la universidad de Tours, miembro del laboratorio CITERES/COST (UMR 7324) y investigado asociado en el Centro de Estudio del l’Empleo y del Trabajo (CEET/CNAM) en «Les nouveaux fonctionnaire », la vie des idées, 6.02.2018

[10] J. Lacan, « Les formations de l’inconscient », Seminario V, 7 mayo 1958, Seuil

[11] J. Lacan, « Les quatre concepts de la psychanalyse », Seminario XI, La ligne et la lumière, 4 Marzo 1964,  Seuil Essais, 1973,

[12] J. S. Mill, On Liberty (De la liberté, 1859).

[13] Rechazo proyecto de ley liberticida Fasquelle. https://blogs.mediapart.fr/lamao/blog/101216/rejet-du-projet-de-resolution-fasquelle-communique-de-presse-de-la-main-loreille

[14] Asamblea Nacional, Discusión general, http://cifpr.fr/actu/5286/

[15] Me refiero aquí al libro de Hartmut Rosa:  « Aliénation et accélération », La découverte, poche, 2012, que trata de la «Retorica de la obligación» Pàg.124

[16] articulo 223-15-2 du Código penal

[17] C. Breuillot, «Réminiscences et traces d’éprouvés précoces chez l’enfant autiste mutique. A l’épreuve des pulsions invocantes à l’école, en famille…#autisme #éthique», Seminario Niños de Analiza Freudiana, Lyon, 01-2018, https://wp.me/p2TBMk-bs

[18] Carlos Santiso Completo extraño para la mayoría de los ciudadanos europeos, pero muy afable para lo que toca a la revista de la OCDE, producto estrella que difunde las labores del grupo de trabajo de la Dirección des Presupuesto del OCDE.

[19] Plan de transformación del Estado 23.02.2018 https://www.oecd-forum.org/users/80160-carlos-santiso/posts/30627-le-pari-de-la-transformation-numerique-de-l-etat

[20] G. Chamayou, “la société ingouvernable», una genealogía del liberalismo autoritario, La fabrique, 2018, Pàgs.236

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Publicités

#politique #société VIOLENCES INEDITES ET ATTAQUES CONTRE LA PENSEE. / #psychanalyse #Lacan #SciencesPo

11 Déc

Claude Breuillot

Twitter @cbreuillot

Blog : psychanalyse_bourgogne.wordpress.com

Journée Analyse Freudienne de Lyon

8 décembre 2018

D’une autorité qui renforce l’aliénation ? De l’approche de la #dysphasie…

Nous ne manquons pas de recevoir en analyse des femmes soumises au ravage[1] , (Lacan, 1973) cette emprise de l’autorité maternelle, cette autorité qui aura su les éloigner de la psychanalyse en les maintenant dans l’aliénation, pour ne pas prendre le risque de la perte, de la dépossession, d’un trop d’épanouissement de leurs filles qui aurait pu les mener à l’affranchissement, à leur émancipation et à la liberté. Comment et dans quels buts le troisième plan autiste poursuit-il son travail de sape, et la sape du travail même des psychanalystes, en mettant à l’honneur une ribambelle de personnels de l’éducation, du médico-social, du médical, de la caisse d’allocations familiales…en leur offrant des formations disruptives toujours plus chargées d’idéologie et de dérégulation censées faire autorité, en attaquant la pensée, le libre arbitre ? Vers une homologation des protocoles et des professionnels en créant la défiance et le chaos ?

En italique, quelques phrases choisies tirées des schémas des plans autisme.

AGIR PAR LA FORMATION

« Former l’ensemble des acteurs

  1. L’autisme : l’affaire de tous

Les personnes avec autisme ou autres TED sont en relation avec l’ensemble de la société…

Pour répondre à ces objectifs, les leviers à mobiliser se situent tant au niveau de la formation initiale que de la formation continue pour toucher le maximum de professionnels relevant de trois domaines définis comme majeurs dans le parcours de vie des personnes avec autisme.

Il convient que les professionnels de santé qui interviennent en première intention (médecins généralistes, pédiatres, professionnels paramédicaux, …) soient bien formés au repérage de l’autisme en vue de pouvoir rendre effectif le dépistage précoce puis l’orientation vers des interventions adaptées, axe prioritaire de ce plan. Les maquettes de formation initiale seront donc adaptées en conséquence, au fur et à mesure de l’intégration des diplômes au schéma Licence-Master-Doctorat.

Du côté de la formation continue, les orientations nationales du Développement Professionnel Continu (DPC) vont permettre de développer des programmes consacrés à l’autisme en prenant

appui sur les méthodes et des modalités validées par la HAS et l’ANESM.[2] »

Et par la stratégie du développement de l’emprise savamment insufflée, gérer la vie même :

« De plus, les programmes seront ouverts à différentes catégories de professionnels de santé permettant ainsi un échange pluri-professionnel, avantage important du DPC pour une meilleure coordination des soins dans le parcours de vie des personnes. »

 

Traduisons-les : un travail de propagande orchestré pour plébisciter et former des personnels soumis et corvéables ? les formateurs et leur idéologie naissante doit infuser en supprimant même la psychose infantile dénommée aujourd’hui TED[3] :

Les connaissances des formateurs seront en premier lieu adaptées afin qu’ils dispensent ensuite des enseignements actualisés en matière d’autisme et de TED tant dans le cadre des diplômes de travail social, quel qu’en soit le niveau, qu’au sein des formations complémentaires de la formation professionnelle où ils interviennent. Pour permettre cette évolution, un partenariat sera mis en place entre l’Union Nationale des Associations de Formation et de Recherche en Intervention Sociale (UNAFORIS) et l’Association Nationale des Centres de Ressources Autisme (ANCRA). 

S’agissant des enseignants, leur formation initiale relèvera des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation. Leur référentiel de compétences métier donc est en cours d’élaboration.»

 

« Le lancement depuis le palais de l’Elysée, le 6 juillet 2017, de la concertation préparatoire à une nouvelle stratégie autisme au sein des troubles du neuro-développement a manifesté le haut niveau d’engagement du président de la République.  Pour cela, la préparation de la stratégie 2018-2022 pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement (TND) a rassemblé de manière très large l’ensemble des parties prenantes.[4] »

 

Des formations dé-formantes qui entrainent dans le désert, cachés au sein de camps retranchés à l’image des partisans du djihad, une armée de petits bataillons, de snipers, une milice « malgré elle », les apôtres du nouveau monde chargés d’évangéliser, de distribuer la bonne parole, de conquérir les masses par la stratégie du bonheur et de la psychologie dite positive. Lire à ce sujet Happycratie[5]. Comment « ces agents du bonheur allaient faire office d’agents purifiants […] en donnant des sortes de reformulation scientifique et légitime[6] » ?  Je tenterai de mettre en regard ces questionnements avec les avatars concernant la rencontre d’un enfant de 3 ans mutique et ses parents ? Comment des parents, pris dans les rets de la novlangue au quotidien, peuvent-ils résister à ce qui ressemble plus à une oppression conformiste venant imposer une norme ? La langue ne porte-t-elle les stigmates de l’autocratie qui empêche même la pensée ? Comment s’autoriser à questionner les rapports d’une Haute Autorité quelle qu’elle soit ? Les superlatifs de la lalangue, cette langue inconsciente, ne manquent pas pour transcrire littéralement ce qui serait incontesté et incontestable. HAS Haute Autorité de Santé, cet acronyme ne signifie-t-il pas trou du cul (asshole) en anglais ? Comment les mots même agissent sur les corps et parviennent à les réduire au silence jusqu’à l’aliénation ? A quel niveau de politique publique s’installe ce nouveau management ?

Christophe Dejours (Dejours, 2012) constate que la majorité des salariés doutent de l’efficacité du modèle qui les abîme au quotidien. Mettre en avant le stress est une erreur. Cette analyse attire les convoitises, les marchés de l’écoute dite psychologique, du coaching et du comportementalisme, qui ne s’intéressent « ni au travail, ni au psychisme ». Ce semblant d’analyse « contourne ainsi les ressorts de la domination et de la soumission pour ne mettre en avant que le stress. Mal poser cette question c’est ne pas répondre à la souffrance. Les individus dans la lutte pour la reconnaissance rechercheraient la liberté de poser leur propre identité. […] La Clinique impose d’être plus précis : ce qui mobilise les gens, c’est l’espoir de la reconnaissance.[7] » J’ajouterai, la reconnaissance de l’identité professionnelle acquise. Je vais illustrer par une histoire entendue sur le divan. Gaëtan âgé de 10 ans, accompagné de ses parents, se fait mordre, par le chien de la famille, en arrivant chez des amis. La blessure est suffisamment grave pour qu’elle occasionne 12 points de suture à la lèvre. Les enfants sont sous le choc et l’anniversaire tourne court. S’en suivent des déclarations aux assurances et un protocole à tenir en cas de morsure. Non content d’avoir respecté la veille sanitaire et d’avoir suivi la réglementation en vigueur, il leur faudra malgré tout passer par un comportementaliste pour espérer retrouver leur chien qui risquait alors l’euthanasie. L’article L.211-14-2 du Code rural et de la pêche maritime impose au propriétaire ou au détenteur de l’animal de le soumettre à une évaluation comportementale réalisée cette fois par une personne agréée, choisi sur une liste départementale, en référence à l’article L.211-14-1. Passer par la liste des experts agréés en comportement animal questionne sur la capacité de tout vétérinaire à réaliser cette analyse. Il aura le pouvoir ensuite de demander au propriétaire ou au détenteur de l’animal concerné de suivre une formation et d’obtenir l’attestation d’aptitude mentionnée à l’article L.211-13-1: « I.- Le propriétaire ou le détenteur d’un chien mentionné à l’article L. 211-12 est tenu d’être titulaire d’une attestation d’aptitude sanctionnant une formation portant sur l’éducation et le comportement canins, ainsi que sur la prévention des accidents ».

Cette situation pourrait-elle évoquer les protocoles mis en place actuellement par les différents plans pour induire une certaine prise en charge d’enfants dys- par des personnes agréées ayant suivi la formation Adhoc dans un temps record ? « La promotion accélérée de cadres « managers » spécialisés dans le travail de réorganisation et la maîtrise des coûts font partie des outils récurrents de la transformation des organisations publiques, quitte à marginaliser les cadres plus expérimentés dont les compétences professionnelles sont plus ancrées dans le terrain. Ce phénomène, qui a d’abord été observé s’agissant des entreprises publiques désireuses de se « moderniser » (Boussard et al. 2015) afin de passer du « monopole au marché » (Tixier, 2002), s’est pour partie transféré aux fonctionnaires d’État, à la faveur notamment des restructurations consécutives à la Révision générale des Politiques publiques menée durant le quinquennat Sarkozy. [8][9]» Que dit inconsciemment l’autorité publique quand elle soustrait à un professionnel une part de ses responsabilités en rapport à sa formation ? Quels en sont les effets ? « Derrière la chemisette, n’y aller surtout pas voir, parce que bien entendu il n’y a rien, il n’y a rien que le signifiant. [10]» (Lacan, 1958)

Vignette clinique : Des protocoles en trompe l’œil[11](Lacan, 1964)

Je reçois Gilles (3 ans 6mois) avec ses parents quelques mois après son entrée à l’école maternelle. Son père est très effacé, alors que la mère et la grand-mère maternelle semblent tenir la maison d’une main de fer. Quand je m’adresse à Gilles, sa mère ingurgite le message et le traduit à son fils, comme si elle devait maîtriser toutes les interactions.

A cette première séance, Gilles mord régulièrement sa mère, jette tout ce qui passe à sa portée. Il semble mu par une grande colère. A l’école, il ne tient pas en place, jette les objets, semble ne pas comprendre les consignes et mord les autres enfants. Devant les difficultés, Gilles n’est accepté à l’école que les matins jusqu’à la récréation ce qui empêche la mère de trouver du travail en intérim. Si Gilles a parlé avant ses 18 mois, les parents constatent un mutisme environ vers ses 2 ans. Ils reconnaissent actuellement 10 mots. La mère évoquera un moment d’effondrement psychique lié à une constellation familiale complexe où elle se doit de « prendre les choses en main » pour sauver son propre père. Elle est à ce moment enceinte d’un second enfant. Gilles semble avoir accès à tout sans limites : le corps de la mère avec qui il se baigne, son sac qu’il vide pendant les séances sans réaction de celle-ci…

Je propose de recevoir Gilles 3 à 4 fois par semaine, en m’assurant de la possibilité pour les parents de payer la séance 5 euros. Je ne constate pas de stéréotypies, d’écholalies, aussi, je ne pense pas particulièrement à l’autisme mais plutôt à une psychose infantile. Mon souhait est de démarrer des séances thérapeutiques en associant les parents, avant une prise en charge orthophonique. Ils m’autorisent à rencontrer la maîtresse. Elle constate une dysharmonie entre le développement du langage et ses capacités cognitives.

Inféodée aux questionnements de sa mère, la mère de Gilles sera très rapidement agie par son angoisse d’une quête de professionnels tout azimut en commençant par son médecin généraliste qui lui indiquera le pôle autisme de l’hôpital. An bout d’une heure le diagnostic tombera : il est dysphasique. Ils rentreront alors dans une série de protocoles définis.

Les séances suivent leur cours. Je vais le recevoir une trentaine de séances en 2 à 3 mois. Le transfert se met en place avec l’enfant. Il est heureux de venir et ses parents qui l’accompagnent à tour de rôle constatent des évolutions positives. Nous avons pu mettre des mots sur des moments dépressifs repérés chez Gilles. Il dessine librement au bout de 6 séances un premier bonhomme sans yeux ni bras ni bouche, volant dans l’espace vide de la feuille, avec un choc sur la tête représenté par une masse noire. La mère évoque un bébé très calme qui ne pleurait pas. Gilles m’apporte une fleur. La mère me dit qu’il est très pénible au moment de partir du cabinet.

Suivront, à la demande du pédiatre, la rencontre avec l’assistante sociale pour remplir la demande MDPH, la mise en place du suivi orthophonique, et des échanges avec la secrétaire de la maison du handicap. A chaque fois, les parents évoquent des professionnels qui mettent en doute le bien fondé de leur choix d’être venu à mon cabinet. Soumis à cette autorité « bienveillante » qui les guide vers le CMP, qui les met en doute quant à ma capacité à travailler avec leur enfant, les parents stoppent les séances en me disant attendre une place en CMP, car « sans avoir l’habilitation » je ne serai pas pris en charge dans le cadre de ce protocole et donc ils ne seront pas remboursés.

Du choix du suivi thérapeutique :

Les parents démunis, oppressés et souvent légitimement dépassés par des Discours qui font autorité, sont souvent amenés à se décharger de leurs responsabilités. Mais, il n’existe pas d’obligation à suivre ces principes. Le philosophe John Stuart Mill (1806-1873) écrit : « Tous les efforts de l’État pour influencer le jugement des citoyens sur des sujets discutés sont nuisibles.[12] »

Il n’est pas rare que la MDPH ou l’Education Nationale ne respecte pas le choix des parents. Ce suivi, entièrement libéral, ne semble pas convenir à l’assistante sociale et à la référente scolaire (personne faisant le lien entre l’école et la Maison Départementale des Personnes Handicapées, MDPH). Quand celles-ci rapportent que ce suivi n’est pas bon, puis se permettent de le dire aux parents, tout en rajoutant que l’enfant a besoin de soins, d’une prise en charge en hôpital psychiatrique de jour, que disent-elles de leur aliénation à une règle imaginaire ? Ne s’en font-elles pas les complices ? Le député avait déposé, en décembre 2016, une proposition de loi qui interdirait toute pratique psychanalytique dans la prise en charge de l’autisme. Rappelons ici qu’il a été rejeté [13]. Ainsi la psychanalyse a été classée par la HAS dans les thérapies « non-consensuelles ». Lire la discussion générale à l’Assemblée Nationale.[14] Quand les parents auraient l’obligation de justifier tout ce qu’ils font pour leur enfant en supportant un sentiment de culpabilité inconscient particulièrement dévorant qui agirait comme une camisole…[15]

Je me réfère ici aux parents d’E* qui contesteront devant la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) le rejet de leurs dépenses de soins pour un psychologue en libéral pour le calcul de leurs droits au complément d’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé). Ceux-ci s’adressant à la CDAPH écrivaient : « Il est évident que nous aurions préféré choisir une prise en charge au CMPP totalement financé par l’Assurance Maladie. Mais en tant que parents soucieux du bien-être de notre enfant, nous avons privilégié un suivi adapté et efficace en libéral. De plus, dans une démarche citoyenne, nous avons également fait le choix d’une prise en charge beaucoup moins onéreuse pour la société. Car, pour information, une séance en CMPP coûte environ 120 euros pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie contre 42 euros en libéral. »

Quel parent n’est-il pas prêt à faire valoir ses droits ? Que dit la Loi ? « Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375000 euros d’amende l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse […] d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire […] cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables. [16]»

En guise de conclusion…Un sentiment viscéral d’aliénation ? Contraindre à l’obéissance par l’intimidation ?

Cette entrée dans le monde des Hautes Autorités ne nous permet-elle pas une jonction avec le rejet de la castration et dans l’indicible, l’approche des processus pervers et du démenti, la Verleugnung ?

Comment ne pas s’engluer dans les discours de la Science, de la politique et rester en place d’Autre pour entendre cette voix singulière de l’enfant qui joue dans mon cabinet ?[17]  Ne s’agit-il pas de proposer un leurre aux parents assignés, bâillonnés et assujettis à une place donnée d’avance, en l’instituant ? Par le démenti du réel, Instituer une mise hors-circuit de la Vérité par un écart toujours plus important entre les énoncés et les énonciations ? On peut parier que les contre-vérités et leurs acteurs perdureront tant que ces systèmes échapperont aux citoyens. Dernièrement, la France redevenait présidente de l’OCDE. Le président Macron et quelques-uns dont Carlos Säntiso[18]  en profitèrent pour enfoncer le clou d’une montée vectorisée vers le comportementalisme[19]. On peut lire : « Cette « grande transformation » de l’Etat requiert, in fine, de rapprocher les administrations des citoyens en exploitant davantage le « nouvel or noir » que sont les données de masse, l’intelligence artificielle et les sciences du comportement pour un État plus intelligent, ou smart government pour les anglo-saxons. » L’OCDE agirait comme programme chargé de « détrôner la politique » des Etats.  C’est par cette formule, écrit Grégoire Chamayou[20], que s’énonce la stratégie du néolibéralisme en tant que pouvoir destituant. A bon entendeur…

[1] J. Lacan, 1973. « L’étourdit », dans Autres écrits, Paris, Le Seuil, 2001, pp.465

[2] Troisième Plan Autisme 2013-2017 https://www.cnsa.fr/documentation/plan-autisme2013.pdf pp.26-30

[3] TED : Troubles envahissants du développement.

[4] Quatrième Plan Autisme https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2018/04/dossier_de_presse_-_stategie_nationale_pour_lautisme_-_vendredi_6_avril_2018_2.pdf

[5] E. canabas, et Eva Illouz, « Happycratie », Première Parallèle, 2018

[6] Ibid, pp.42

[7] C. Dejours, « La centralité politique du travail » in La panne, Bayard, 2012, pp.120-121

[8] Tixier P.-E. (dir.), « Du monopole au marché, les stratégies de modernisation des entreprises publiques », Paris, La découverte. Coll. Textes à l’appui, 2002.

[9] A. Alex, sociologue, maître de conférences à l’université de Tours, membre du laboratoire CITERES/COST (UMR 7324) et chercheur associé au Centre d’Études de l’Emploi et du Travail (CEET/CNAM) in « Les nouveaux fonctionnaires », la vie des idées, 6.02.2018

[10] J. Lacan, « Les formations de l’inconscient », Séminaire V, 7 mai 1958, Seuil

[11] J. lacan, « Les quatre concepts de la psychanalyse », Séminaire XI, La ligne et la lumière, 4 mars 1964,  Seuil Essais, 1973,

[12] J. S. Mill, On Liberty (De la liberté, 1859).

[13] Rejet proposition de Loi liberticide Fasquelle. https://blogs.mediapart.fr/lamao/blog/101216/rejet-du-projet-de-resolution-fasquelle-communique-de-presse-de-la-main-loreille

[14] Assemblée Nationale, Discussion générale, http://cifpr.fr/actu/5286/

[15] Je me réfère ici au livre d’Hartmut Rosa :  « Aliénation et accélération », La découverte, poche, 2012, qui évoque la « Rhétorique de l’obligation » PP.124

[16] article 223-15-2 du Code pénal

[17] C. Breuillot, « Réminiscences et traces d’éprouvés précoces chez l’enfant autiste mutique. A l’épreuve des pulsions invocantes à l’école, en famille…#autisme #éthique », Séminaire Enfants d’Analyse Freudienne, Lyon, 01-2018, https://wp.me/p2TBMk-bs

[18] Carlos Santiso Vénérable inconnu pour la majorité des citoyens européens, mais très affable concernant la Revue de l’OCDE, produit phare diffusant les travaux du Groupe de travail des Hauts responsables du budget de l’OCDE.

[19] Plan de transformation de l’Etat 23.02.2018 https://www.oecd-forum.org/users/80160-carlos-santiso/posts/30627-le-pari-de-la-transformation-numerique-de-l-etat

[20] G. Chamayou, « la société ingouvernable », une généalogie du libéralisme autoritaire, La fabrique, 2018, PP.236

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

D’une #autorité qui renforce l’aliénation ? De l’approche de la #dysphasie…#MDPH #Dys #TED #formation #HAS #Asshole #OCDE

9 Déc

Claude Breuillot @cbreuillot

Journée Analyse Freudienne de Lyon

8 décembre 2018

 

Nous ne manquons pas de recevoir en analyse des femmes soumises au ravage , (Lacan, 1973) cette emprise de l’autorité maternelle, cette autorité qui aura su les éloigner de la psychanalyse en les maintenant dans l’aliénation, pour ne pas prendre le risque de la perte, de la dépossession, d’un trop d’épanouissement de leurs filles qui aurait pu les mener à l’affranchissement, à leur émancipation et à la liberté. Comment et dans quels buts le troisième plan autiste poursuit-il son travail de sape, et la sape du travail même des psychanalystes, en mettant à l’honneur une ribambelle de personnels de l’éducation, du médico-social, du médical, de la caisse d’allocations familiales…en leur offrant des formations disruptives toujours plus chargées d’idéologie et de dérégulation censées faire autorité, en attaquant la pensée, le libre arbitre ? Vers une homologation des protocoles et des professionnels en créant la défiance et le chaos ?

En italique, quelques phrases choisies tirées des schémas des plans autisme.

AGIR PAR LA FORMATION

« Former l’ensemble des acteurs 

A. L’autisme : l’affaire de tous 

Les personnes avec autisme ou autres TED sont en relation avec l’ensemble de la société… 

Pour répondre à ces objectifs, les leviers à mobiliser se situent tant au niveau de la formation initiale que de la formation continue pour toucher le maximum de professionnels relevant de trois domaines définis comme majeurs dans le parcours de vie des personnes avec autisme.

Il convient que les professionnels de santé qui interviennent en première intention (médecins généralistes, pédiatres, professionnels paramédicaux, …) soient bien formés au repérage de l’autisme en vue de pouvoir rendre effectif le dépistage précoce puis l’orientation vers des interventions adaptées, axe prioritaire de ce plan. Les maquettes de formation initiale seront donc adaptées en conséquence, au fur et à mesure de l’intégration des diplômes au schéma Licence-Master-Doctorat. 

Du côté de la formation continue, les orientations nationales du Développement Professionnel Continu (DPC) vont permettre de développer des programmes consacrés à l’autisme en prenant 

appui sur les méthodes et des modalités validées par la HAS et l’ANESM. »

 

Et par la stratégie du développement de l’emprise savamment insufflée, gérer la vie même :

 

« De plus, les programmes seront ouverts à différentes catégories de professionnels de santé permettant ainsi un échange pluri-professionnel, avantage important du DPC pour une meilleure coordination des soins dans le parcours de vie des personnes. »

 

Traduisons-les : un travail de propagande orchestré pour plébisciter et former des personnels soumis et corvéables ? les formateurs et leur idéologie naissante doit infuser en supprimant même la psychose infantile dénommée aujourd’hui TED :

 

Les connaissances des formateurs seront en premier lieu adaptées afin qu’ils dispensent ensuite des enseignements actualisés en matière d’autisme et de TED tant dans le cadre des diplômes de travail social, quel qu’en soit le niveau, qu’au sein des formations complémentaires de la formation professionnelle où ils interviennent. Pour permettre cette évolution, un partenariat sera mis en place entre l’Union Nationale des Associations de Formation et de Recherche en Intervention Sociale (UNAFORIS) et l’Association Nationale des Centres de Ressources Autisme (ANCRA). 

S’agissant des enseignants, leur formation initiale relèvera des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation. Leur référentiel de compétences métier donc est en cours d’élaboration.»

 

« Le lancement depuis le palais de l’Elysée, le 6 juillet 2017, de la concertation préparatoire à une nouvelle stratégie autisme au sein des troubles du neuro-développement a manifesté le haut niveau d’engagement du président de la République.  Pour cela, la préparation de la stratégie 2018-2022 pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement (TND) a rassemblé de manière très large l’ensemble des parties prenantes. »

 

 

 

Des formations dé-formantes qui entrainent dans le désert,cachés au sein de camps retranchés à l’image des partisans du djihad, une armée de petits bataillons, de snipers, une milice « malgré elle », les apôtres du nouveau monde chargés d’évangéliser, de distribuer la bonne parole, de conquérir les masses par la stratégie du bonheur et de la psychologie dite positive. Lire à ce sujet Happycratie. Comment « ces agents du bonheur allaient faire office d’agents purifiants […] en donnant des sortes de reformulation scientifique et légitime » ?  Je tenterai de mettre en regard ces questionnements avec les avatars concernant la rencontre d’un enfant de 3 ans mutique et ses parents ? Comment des parents, pris dans les rets de la novlangue au quotidien, peuvent-ils résister à ce qui ressemble plus à une oppression conformiste venant imposer une norme ? La langue ne porte-t-elle les stigmates de l’autocratie qui empêche même la pensée ? Comment s’autoriser à questionner les rapports d’une Haute Autorité quelle qu’elle soit ? Les superlatifs de la lalangue, cette langue inconsciente, ne manquent pas pour transcrire littéralement ce qui serait incontesté et incontestable. HAS Haute Autorité de Santé, cet acronyme ne signifie-t-il pas trou du cul (ass) en anglais ? Comment les mots même agissent sur les corps et parviennent à les réduire au silence jusqu’à l’aliénation ? A quel niveau de politique publique s’installe ce nouveau management ?

 

Christophe Dejours (Dejours, 2012) constate que la majorité des salariés doutent de l’efficacité du modèle qui les abîme au quotidien. Mettre en avant le stress est une erreur. Cette analyse attire les convoitises, les marchés de l’écoute dite psychologique, du coaching et du comportementalisme, qui ne s’intéressent « ni au travail, ni au psychisme ». Ce semblant d’analyse « contourne ainsi les ressorts de la domination et de la soumission pour ne mettre en avant que le stress. Mal poser cette question c’est ne pas répondre à la souffrance. Les individus dans la lutte pour la reconnaissance rechercheraient la liberté de poser leur propre identité. […] La Clinique impose d’être plus précis : ce qui mobilise les gens, c’est l’espoir de la reconnaissance. » J’ajouterai, la reconnaissance de l’identité professionnelle acquise. Je vais illustrer par une histoire entendue sur le divan. Gaëtan âgé de 10 ans, accompagné de ses parents, se fait mordre, par le chien de la famille, en arrivant chez des amis. La blessure est suffisamment grave pour qu’elle occasionne 12 points de suture à la lèvre. Les enfants sont sous le choc et l’anniversaire tourne court. S’en suivent des déclarations aux assurances et un protocole à tenir en cas de morsure. Non content d’avoir respecté la veille sanitaire et d’avoir suivi la réglementation en vigueur, il leur faudra malgré tout passer par un comportementaliste pour espérer retrouver leur chien qui risquait alors l’euthanasie. L’article L.211-14-2 du Code rural et de la pêche maritime impose au propriétaire ou au détenteur de l’animal de le soumettre à une évaluation comportementale réalisée cette fois par une personne agréée, choisi sur une liste départementale, en référence à l’article L.211-14-1. Passer par la liste des experts agréés en comportement animal questionne sur la capacité de tout vétérinaire à réaliser cette analyse. Il aura le pouvoir ensuite de demander au propriétaire ou au détenteur de l’animal concerné de suivre une formation et d’obtenir l’attestation d’aptitude mentionnée à l’article L.211-13-1: « I.- Le propriétaire ou le détenteur d’un chien mentionné à l’article L. 211-12 est tenu d’être titulaire d’une attestation d’aptitude sanctionnant une formation portant sur l’éducation et le comportement canins, ainsi que sur la prévention des accidents ». 

Cette situation pourrait-elle évoquer les protocoles mis en place actuellement par les différents plans pour induire une certaine prise en charge d’enfants dys- par des personnes agréées ayant suivi la formation Adhoc dans un temps record ? « La promotion accélérée de cadres « managers » spécialisés dans le travail de réorganisation et la maîtrise des coûts font partie des outils récurrents de la transformation des organisations publiques, quitte à marginaliser les cadres plus expérimentés dont les compétences professionnelles sont plus ancrées dans le terrain. Ce phénomène, qui a d’abord été observé s’agissant des entreprises publiques désireuses de se « moderniser » (Boussard et al. 2015) afin de passer du « monopole au marché » (Tixier, 2002), s’est pour partie transféré aux fonctionnaires d’État, à la faveur notamment des restructurations consécutives à la Révision générale des Politiques publiques menée durant le quinquennat Sarkozy. » Que dit inconsciemment l’autorité publique quand elle soustrait à un professionnel une part de ses responsabilités en rapport à sa formation ? Quels en sont les effets ? « Derrière la chemisette, n’y aller surtout pas voir, parce que bien entendu il n’y a rien, il n’y a rien que le signifiant. » (Lacan, 1958)

 

Vignette clinique : Des protocoles en trompe l’œil(Lacan, 1964)

Je reçois Gilles (3 ans 6mois) avec ses parents quelques mois après son entrée à l’école maternelle. Son père est très effacé, alors que la mère et la grand-mère maternelle semblent tenir la maison d’une main de fer. Quand je m’adresse à Gilles, sa mère ingurgite le message et le traduit à son fils, comme si elle devait maîtriser toutes les interactions. 

A cette première séance, Gilles mord régulièrement sa mère, jette tout ce qui passe à sa portée. Il semble mu par une grande colère. A l’école, il ne tient pas en place, jette les objets, semble ne pas comprendre les consignes et mord les autres enfants. Devant les difficultés, Gilles n’est accepté à l’école que les matins jusqu’à la récréation ce qui empêche la mère de trouver du travail en intérim. Si Gilles a parlé avant ses 18 mois, les parents constatent un mutisme environ vers ses 2 ans. Ils reconnaissent actuellement 10 mots. La mère évoquera un moment d’effondrement psychique lié à une constellation familiale complexe où elle se doit de « prendre les choses en main » pour sauver son propre père. Elle est à ce moment enceinte d’un second enfant. Gilles semble avoir accès à tout sans limites : le corps de la mère avec qui il se baigne, son sac qu’il vide pendant les séances sans réaction de celle-ci…

Je propose de recevoir Gilles 3 à 4 fois par semaine, en m’assurant de la possibilité pour les parents de payer la séance 5 euros. Je ne constate pas de stéréotypies, d’écholalies, aussi, je nepense pas particulièrement à l’autisme mais plutôt à une psychose infantile. Mon souhait est de démarrer des séances thérapeutiques en associant les parents, avant une prise en charge orthophonique. Ils m’autorisent à rencontrer la maîtresse. Elle constate une dysharmonie entre le développement du langage et ses capacités cognitives.

Inféodée aux questionnements de sa mère, la mère de Gilles sera très rapidement agie par son angoisse d’une quête de professionnels tout azimut en commençant par son médecin généraliste qui lui indiquera le pôle autisme de l’hôpital. An bout d’une heure le diagnostic tombera : il est dysphasique. Ils rentreront alors dans une série de protocoles définis. 

Les séances suivent leur cours. Je vais le recevoir une trentaine de séances en 2 à 3 mois. Le transfert se met en place avec l’enfant. Il est heureux de venir et ses parents qui l’accompagnent à tour de rôle constatent des évolutions positives. Nous avons pu mettre des mots sur des moments dépressifs repérés chez Gilles. Il dessine librement au bout de 6 séances un premier bonhomme sans yeux ni bras ni bouche, volant dans l’espace vide de la feuille, avec un choc sur la tête représenté par une masse noire. La mère évoque un bébé très calme qui ne pleurait pas. Gilles m’apporte une fleur. La mère me dit qu’il est très pénible au moment de partir du cabinet. 

Suivront, à la demande du pédiatre, la rencontre avec l’assistante sociale pour remplir la demande MDPH, la mise en place du suivi orthophonique, et des échanges avec la secrétaire de la maison du handicap. A chaque fois, les parents évoquent des professionnels qui mettent en doute le bien fondé de leur choix d’être venu à mon cabinet. Soumis à cette autorité « bienveillante » qui les guide vers le CMP, qui les met en doute quant à ma capacité à travailler avec leur enfant, les parents stoppent les séances en me disant attendre une place en CMP, car « sans avoir l’habilitation » je ne serai pas pris en charge dans le cadre de ce protocole et donc ils ne seront pas remboursés. 

 

Du choix du suivi thérapeutique :

Les parents démunis, oppressés et souvent légitimement dépassés par des Discours qui font autorité, sont souvent amenés à se décharger de leurs responsabilités. Mais, il n’existe pas d’obligation à suivre ces principes. Le philosophe John Stuart Mill (1806-1873) écrit : « Tous les efforts de l’État pour influencer le jugement des citoyens sur des sujets discutés sont nuisibles. »

Il n’est pas rare que la MDPH ou l’Education Nationale ne respecte pas le choix des parents. Ce suivi, entièrement libéral, ne semble pas convenir à l’assistante sociale et à la référente scolaire (personne faisant le lien entre l’école et la Maison Départementale des Personnes Handicapées, MDPH). Quand celles-ci rapportentque ce suivi n’est pas bon, puis se permettent de le dire aux parents, tout en rajoutant que l’enfant a besoin de soins, d’une prise en charge en hôpital psychiatrique de jour, que disent-elles de leur aliénation à une règle imaginaire ? Ne s’en font-elles pas les complices ? Le député avait déposé, en décembre 2016, une proposition de loi qui interdirait toute pratique psychanalytique dans la prise en charge de l’autisme. Rappelons ici qu’il a été rejeté . Ainsi la psychanalyse a été classée par la HAS dans les thérapies « non-consensuelles ». Lire la discussion générale à l’Assemblée Nationale. Quand les parents auraient l’obligation de justifier tout ce qu’ils font pour leur enfant en supportant un sentiment de culpabilité inconscient particulièrement dévorant qui agirait comme une camisole

Je me réfère ici aux parents d’E* qui contesteront devant la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) le rejet de leurs dépenses de soins pour un psychologue en libéral pour le calcul de leurs droits au complément d’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé). Ceux-ci s’adressant à la CDAPH écrivaient : « Il estévident que nous aurions préféré choisir une prise en charge au CMPP totalement financé par l’Assurance Maladie. Mais en tant que parents soucieux du bien-être de notre enfant, nous avons privilégié un suivi adapté et efficace en libéral. De plus, dans une démarche citoyenne, nous avons également fait le choix d’une prise en charge beaucoup moins onéreuse pour la société. Car, pour information, une séance en CMPP coûte environ 120 euros pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie contre 42 euros en libéral. »

Quel parent n’est-il pas prêt à faire valoir ses droits ? Que dit la Loi ? « Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375000 euros d’amende l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse […] d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire […] cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables. »

 

En guise de conclusion…Un sentiment viscéral d’aliénation ?Contraindre à l’obéissance par l’intimidation ?

Cette entrée dans le monde des Hautes Autorités ne nous permet-elle pas une jonction avec le rejet de la castration et dans l’indicible, l’approche des processus pervers et du démenti, la Verleugnung ?

Comment ne pas s’engluer dans les discours de la Science, de la politique et rester en place d’Autre pour entendre cette voix singulière de l’enfant qui joue dans mon cabinet ?  Ne s’agit-il pas de proposer un leurre aux parents assignés, bâillonnés et assujettis à une place donnée d’avance, en l’instituant ? Par le démenti du réel, Instituer une mise hors-circuit de la Vérité par un écart toujours plus important entre les énoncés et les énonciations ? On peut parier que les contre-vérités et leurs acteurs perdureront tant que ces systèmes échapperont aux citoyens. Dernièrement, la France redevenait présidente de l’OCDE. Le président Macron et quelques-uns dont Carlos Säntiso en profitèrent pour enfoncer le clou d’une montée vectorisée vers le comportementalisme. On peut lire : « Cette « grande transformation » de l’Etat requiert, in fine, de rapprocher les administrations des citoyens en exploitant davantage le « nouvel or noir » que sont les données de masse, l’intelligence artificielle et les sciences du comportement pour un État plus intelligent, ou smart government pour les anglo-saxons. » L’OCDE agirait comme programme chargé de « détrôner la politique » des Etats.  C’est par cette formule, écrit Grégoire Chamayou, que s’énonce la stratégie du néolibéralisme en tant que pouvoir destituant. A bon entendeur…

 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

#Paris L’#inconscient est un concept basé sur la trace de ce qui opère pour constituer le sujet. 17/03/2018 #gestionDesEmotions #Réminiscences #SciencesPo #DéveloppementPersonnel #psychanalyse

4 Déc

Claude Breuillot AF Lyon Twitter @cbreuillot

Psychanalyste près Tournus, Louhans, Chalon-sur-Saône, Mâcon

_____________

 

Discutant du texte de Charles Marcellesi : Quand résonne la voix de la cantatrice.

½ journée de travail d’Analyse Freudienne  : Paris 17.03.2018

                        L’inconscient est un concept basé sur la trace de ce qui opère pour constituer le sujet.[1] Dans mes contrées, nombre de résurgences attirent l’esprit du spéléologue. Nombre de sources et autres exsurgences posent la question de la trace. Un filet d’eau, comme s’écoulerait la libido, qui apparaît au flanc d’un amas rocheux serait-il en lien avec le lieu de la perte où les eaux de la rivière disparaissent dans un gouffre sans fond, pour réapparaître au-delà d’un labyrinthe, ou signifierait-il juste le fruit, l’exutoire d’écoulements souterrains, qui proviennent de l’infiltration des eaux de pluies ? Peut-être les deux ?

Je vais vous mettre dans l’ambiance : je ne suis pas un fondu de poireau. Tu évoques les réminiscences telles des reviviscences ( concept connoté aujourd’hui par les adeptes PNL de la gestion des émotions et les marchands de bonheur à 2 balles ) de ce patient au moment de l’endormissement. Peut-on les rapprocher des phénomènes rencontrés dans l’espace de la Cure. Le patient, allongé, ne serait-il pas au moins partiellement dans un état hypnagogique ?

Pourrait-on associer les réminiscences d’un rappel inconscient de motions sensorielles visuelles auditives, kinesthésiques… fragmentées issues de différents lieux, différentes aires corticales ? Ce serait la parole qui viendrait permettre, séance après séance, d’infiltrer, suinter, comme la lalangue, dans une absence de logique pour finir par s’agglomérer et faire nœud au fil des associations ? Une idée de la Verwerfung, avatar de ce qui est rejeté du symbolique et revient dans le réel.

Peut-on rapprocher cette expérience de celle du rêve lucide ? On ne sait pas si ton patient reste étranger au sens. Si l’inquiétante étrangeté, c’est quand l’intime surgit comme étranger, inconnu, autre absolu, au point d’en être effrayant, le patient psychotique ou le patient autiste s’approprient -ils différemment ces réminiscences entendues dans le transfert par l’analyste ? Daniel Paul Schreber tombe « malade des nerfs par deux fois ». Une première fois à l’occasion d’une candidature au Reichstag, la deuxième lors de sa nomination comme Président de chambre à la cour d’appel auprès du tribunal de Dresde, autrement dit, lorsqu’il est appelé à occuper une position de père symbolique.  Ce réel viendrait à son insu faire réminiscence. C’est ce que j’entends quand tu évoques le télescopage des temps pour voir, pour comprendre et du temps pour décider. S’appuyant sur la phrase de Freud : « Ce que nous tenons pour la production de maladie, la formation délirante, est en réalité la tentative de guérison, la reconstruction.[2] », la réminiscence entendue comme pulsion invocante serait alors l’ombilic par où le travail analytique permettrait l’accès à l’inconscient comme dans le rêve.Il me semble que les réminiscences chez l’enfant autiste que je reçois actuellement ne sont pas à rapprocher d’hallucinations.Si les réminiscences sont des reviviscences au sens de resouvenir, elles rendent le Sujet vivant, le Sujet revit. Une chance que ce soit entendu.

Pour ce qu’il en est du choix de Nabucco de Verdi, for est de constater la place réitérée chez Verdi, du père transporté par la folie. Une tentative de sublimation au croisement de nombreuses histoires :

  • la sienne propre, né le 10 octobre 1813, il est connu que Verdi traversa des épisodes mélancoliques, suite à la perte de 2 enfants nommés Virginia et Icilio Romano, noms sans équivoque empruntés à un drame républicain d’Alfieri, réminiscence de lecture dans l’adolescence. Dans le désespoir, il a failli arrêter la musique. Son épouse décédera en 1840 avant le succès de Nabucco,
  • l’Histoire de l’Italie : les Italiens dont une bonne partie du pays morcelé est occupé par l’Autriche, se reconnaissent dans le va pensiero, le choeur des esclaves chantant leur liberté perdue devenu un véritable hymne. Acte 3. Que se ressemble-t-il plus que deux poireaux ? Peut-on entrevoir l’impossible indépendance voire la fusion confusion psychotique ?
  • L’action se passe à Jérusalem puis à Babylone vers 587 avant Jésus-Christ. Nabuchodonosor, roi de Babylone, a vaincu les Hébreux et règne sur Jérusalem. Abigaïlle, esclave et fille illégitime de Nabucco, est jalouse de sa demi-sœur Fenena héritière du trône. Éconduite par Ismaël qui lui préfère Fenena et humiliée constamment par son père qui lui rappelle sa position de bâtarde, Abigaïlle cherche par tous les moyens tout au long de l’opéra à s’emparer du pouvoir. En contraste total avec tous les autres personnages de l’opéra, le caractère perpétuellement furieux et emporté d’Abigaïlle se manifeste à travers une ligne vocale très virtuose. A l’acte 2, Abigaille, ne voulant rien en savoir, déchire le parchemin, son acte de nomination.

Ces éléments viendraient-ils éclairer, émailler l’histoire de ce ce patient érotomane ?

[1]J, Lacan, Position de l’inconscient in Écrits II, Essais, 1966, pp.310

[2]S. Freud, , Le Président Schreber, PUF, Quadrige, 1995, pp.69

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

#Lyon 8 décembre / #Agora Tête d’Or / #politique #médecine #education #MDPH #societe / D’une #AUTORITÉ qui renforce l’#aliénation ? De la #dysphasie….et autres fanfreluches…#psychanalyse

22 Oct

#Psicoanálisis y #política de acojo de minores aislados extranjeros. ¿Sufrir de estrés post-#traumática y/o reminiscencias? ¿Efecto en la clínica? #Argentina #Columbia #Spania #Espagne #Chile #Peru La #memoria: ¿un reto político y #económico? #congo #Migrante

18 Sep

Claude Breuillot Psychanalyste AF Bourgogne

Congrès International AF 28 y 29 setiembre 2018

twitter @claudebreuillot

EXTRACTOS

¿Puede hablarse de continuum entre trauma y traumatismo? la palabra «traumatismo» proviene del griego antiguo Traumatismos, que significa el hecho de dañar, y Trauma, que significa herida. Si se le aplica a la patología quirúrgica, significa transmisión de un golpe mecánico ejercido por un medio físico exterior sobre alguna parte del cuerpo, provocándole una herida o una contusión.

¿Criticando los efectos de un determinismo y de las evidencias, determinan los traumas de los jóvenes migrantes aislados un trauma o varios? ¿Sera el concepto de estrés postraumático un aspecto imaginario de la clínica ortopédica tratando de actuar como una cataplasma sobre las repercusiones conscientes de un trauma averiguado como tal, por el paciente o su médico? ¿Puede juzgarse de lo que hace trauma en lugar del otro?  Lacan, criticando a Freud, nos advierte de estas verdades que vienen a punto: «Lo que su analizado cree decirle, esto significa que todo lo que escucha el analista no se puede tomar tal como está expresado… El analista sabe que su paciente habla junto a la verdad, porque la verdad verdadera, no la conoce.   Aquí, Freud pierde un poco el juicio, porque imagina que la verdad, es lo que llama el núcleo traumático.[1]» (Lacan, 1977). ¿No divide, corta, esta dicha clínica, el Sujeto del inconsciente de una parte suya esencial? ¿No responde únicamente el concepto de Plena Consciencia elaborado en la oscuridad de las budisterias actuales a una locura de inmediatez que trata de erradicar todas las posibilidades de ponerle sentido a las huellas sensibles de las experiencias de la misma vida? La temporalidad y el tiempo largo necesario a la elaboración permitirán que advengan posibles contingencias cuyas reminiscencias son el revés de la verdad, ya que el «analizando no conoce su verdad puesto que no la puede decir.[2]» (Lacan, 1977). ¿Como decirla entonces? Detectar, oír, permitir que emergen las reminiscencias como resurgencias, como huellas con valor de memoria[3] (Breuillot, 2018), es volver a encontrar los vínculos significantes entre las palabras, entre las palabras y las heridas.  «Sabemos que hay heridas del cuerpo, que provocamos, que mantienen en suspenso la memoria, o por lo menos, no nos deja contar con las huellas que se le atribuye cuando se habla de la memoria del discurso». (Lacan, 1977)

La memoria: ¿un reto político y económico?

«En 2006, el Dr. Todd Sacktor, neurocientífico, y sus colegas del Centro medical Downstate lograron borrar recuerdos en el ratón, mediante la inhibición de una enzima clave, la PKMzeta. Non obstante, estudios ulteriores demostraron que las cosas no eran tan simples: ratones cuya PKMzeta había sido eliminada por camino genético podían almacenar recuerdos de manera completamente normal, puesto que otras moléculas venían a compensar esta laguna. Aunque fuera un obstáculo para los científicos que trataban de elucidar el misterio de la memorización, era un escollo que abría nuevas perspectivas. Porque, « si la memorización se basa en varias moléculas, quizás sea posible trabajar sobre ciertos tipos de recuerdos, orientándose sobre moléculas especificas? » se podía leer en la revista del Instituto MacGill.[4] Según escribe, este centro universitario quebequense, vinculado a un hospital neurológico, « contribuye a la evolución de la medicina pediátrica y adulta, atrayendo eminencias clínicas y científicas del mundo entero, evaluando las tecnologías medicales avanzadas, y capacitando los futuros profesionales sanitarios » y emulando cantidad de personas en Francia. Wayne Sossin[5] afirma «Nuestros estudios demuestran que existen varios mecanismos neuronales para fijar los recuerdos en el cerebro, esperanzador en eso que abren vía a la eliminación selectiva de los recuerdos patológicos»

Quien sería habilitado en determinar, ordenar, destruir, evaluar reviviscencias de los recuerdos -tan dolorosos como sean-, del patológico.

El discurso de la nueva eugenesia sobre la memoria de los pueblos se está volviendo un reto de salud pública. La micro kinesiterapia se orientará según sus dichos en recobrar estos traumas grabados en el cuerpo, restos de somatizaciones antiguas. Luego, con gestos precisos y pequeñas presiones suaves, el profesional evacuara estos traumas … cuando otros -leer el escrito interesante de un neuropsicólogo- sugieren que la recuperación de recuerdos traumáticos por medio de las estructuras amygdalo-hipocampicas podría provocar ciertos procesos emocionales en las regiones límbicas, que podrían, a su vez, inhibir la actividad en la corteza motora, produciendo parálisis de conversión[6] evocando a Charcot.

Real político e inconsciente del trauma:

«Viajes y travesías traumáticas, desarraigo, aislamiento: la salud mental de los migrantes es una «urgencia de salud pública» pasada por alto, acerca de la cual tendría que actuar urgentemente el gobierno, se indignan las dos organizaciones humanitarias este 19 de junio en vísperas del día mundial de los refugiados» se puede leer en el periódico L’obs este día del 19 de junio 2018.[7]. Cada cual está de acuerdo cuando evoca la miseria psíquica de los migrantes, desde el Centro Primo Levi a Médicos del Mundo, mencionando el estrés postraumático relacionado a sus experiencias. « Sobre 580 casos de trastornos mentales serios diagnosticados por el Comede (Comité para la salud de los exiliados) entre 2012 y 2016, las formas las más comunes eran los estreses psiquicotraumaticos (60% de los pacientes), los trastornos depresivos (22%), los trastornos de ansiedad (8%) y traumas complejos (8%).[8] » Aunque no le falte interés al informe, noto varios tópicos. «Los niños están arrojados al exilio por las mismas razones que los adultos la mayoría del tiempo: huyen de la guerra, las violencias, o las discriminaciones, buscando un porvenir mejor.»

El Real es el trauma[9]. (Lacan, 1976)

En la forma de dos viñetas clínicas, les presentare la contribución y la diferencia de mi análisis, en relación con las hipótesis aportadas por este documento.

1ra viñeta:

Esta viñeta se refiere a la primera sesión. Llamare este joven de 16 años, Martial, congoleño de Congo-Brazzaville, Republica de Congo, diferente de la RDC. Lo recibo solo, cara a cara. La mujer que representa su familia de acogida se quedara en la sala de espera. Si Tintin en el Congo puso su marca, no será sin subrayar la colonización francesa que empezó en 1882 y el racismo latente hacia el buen negro. El Congo es el segundo productor mundial para el diamante. En pocos decenios, numerosas fracturas modificaron las fronteras de esta nación, en la cual están representadas varias diferentes etnias.  Martial es Bonkongo, su etnia no es la etnia mayoritaria del actual presidente, los Mbochis, que son parte de los bantú. «No se puede tener ninguna confianza en su palabra. Lo pude comprobar a menudo desde mi llegada en Alima baja. No tienen ninguna noción, aunque fuera escasa, de lo que llamamos honestidad, cosa extraña, ya que lo que predomina en su carácter es el sentido de la «Propiedad» en su extremo, y en todas sus formas…» escribía Ponel durante la colonización[10]. La primera lengua actual es el lingala, que no caracteriza la sola etnia bantú, pero parece que sea la lengua de comunicación común a las diferentes etnias.

Martial es un joven esbelto, tranquilo, con peinado afro, y muy atento en esta primera entrevista. Habla muy bien francés, con voz clara. En seguida, subrayo una frase en su discurso: «Mi madre me dijo que mi padre fue asesinado.» ¿Pudiera ser que su padre murió cuando él era pequeño? Le pido que me explique como ocurrió, si es que lo sabe. Me dice que, en 2016, su pueblo en donde vivían unas 500 personas fue atacado por los ninjas (Los ninjas son generalmente pequeños bandidos, que viven de pequeños saqueos y de narcotráfico. Están organizados en bandas de unos cuantos individuos. Han cometido numerosos crímenes, robos, violaciones, en su propia región, el Pool. En realidad, grupos de milicianos a menudo políticamente manipulados…) de la misma etnia que la suya, me dice. Su padre fue llevado, con los otros hombres del pueblo, mientras que, en la confusión, cada cual trataba de salvarse la vida. Me hace pensar a la matanza de Oradour-sur-Glane, cometida por un destacamento del 1er batallón del 4to regimentó de Panzergrenadier Der Führer que pertenecía a la Panzerdivision Das Reich de la Waffen-SS. Se trata de la mayor masacre de civiles cometida en Francia por las armadas alemanas durante la segunda guerra mundial.
El pueblecito fue saqueado, incendiado

Es separado entonces de su madre, que se quedó con su hermanita en los brazos. Ya no tendrá noticias de ella hasta en estos últimos 15 días, antes de esta entrevista preliminar, 15 días en donde lloró tanto que su familia de acogida se decidió a llamarme. «Hemos asistido desde el 4 de abril 2016 a la reanudación de la operación Mouebara en el Pool. Numerosos muertos, escuelas destruidas, populaciones huyendo. Una autentica operación de despoblamiento -mientras que ya se inició el curso escolar en el Congo-Brazzaville [11]» Mientras «empiezan los enfrentamientos con armas pesadas en los barrios sur de Brazzaville, la batalla se desplaza hacia las localidades de Soumouna y de Mayama, dejando la capital aprovechar de una calma inestable[12] » Martial llega a Brazzaville en donde deambulara durante 2 años ½ sin ninguna novela de su familia. Me dice que los días pasan rápido a jugar con otros niños abandonados, viviendo de pequeños robos y vendiendo agua. Se une a cientos de niños que como el, se encuentran aislados, sin familia, sin papeles, extranjeros en su propia patria.
Martial cuenta un momento de esperanza, cuando cruza por la calle un amigo de su padre que solía venir a casa. Lo acoge, y le propone buscarle papeles para que se puedan ir a Francia juntos. Una vez en Paris, el hombre desaparece, dejándole en manos de otras dos personas negras que hablan muy bien francés, sigue contando. Los acontecimientos que siguen son inconcebibles, y vienen a repetir el sentimiento de abandono y el miedo a lo desconocido. Él vive en un presente y una inmediatez de sobrevivencia. Bergson[13] escribe acerca de la sobrevivencia: «Creo que toda nuestra vida interior no es nada más que una frase única, empezada desde el primer despierto de la consciencia, una frase entrecortada por comas, pero nunca cortada por puntos. Y también creo en consecuencia que nuestro pasado entero sigue estando aquí. Es el cerebro que nos hace el favor de mantener nuestra atención fijada en la vida. Vivir, es integrarse en las cosas gracias a un mecanismo que extrae de la conciencia todo lo que se puede utilizar para la acción, aunque ponga en la sombra la mayor parte del resto. La memoria no sirve para conservar el pasado sino para ocultarlo.»  Entre manos de estos 2 hombres, Martial aun no encuentra las palabras para exprimir sus miedos: ¿un tráfico de personas? ¿Prostitución? Sin saber porque, estos hombres lo dejan por la calle al mes de enero, en una ciudad del medio de la Francia.

Unas personas se fijaron en el en la calle, y fue llevado a la ASEF (Asistencia Social a la infancia). Después de ver el juez de menores, escogerá una colocación en hogar de guarda, lo que se puede entender como una aspiración a tener una estabilidad psíquica.

Habrá que esperar el mes de julio, durante las vacaciones de esta familia, y aprovechando una concentración organizada en Paris por la ASEF, para que conozca una joven congoleña que piensa poder pedirle informaciones a su tía, que se quedó al país. Con un nudo en la garganta, me cuenta la llamada telefónica de esta mujer que quizás logro encontrar a su madre en un campo de refugiados. A las primeras palabras, reconoce su voz, pero, sobre todo, me dice llorando: «La reconozco porque me llama por el nombre que me daban de bebe.  No podía haber ningún error. Lo más difícil, fue que me insulto de manera violenta después de aprenderme que murió mi padre, y cuando se dio cuenta de que yo estaba en Francia.» Le dije que los sentimientos de su madre eran muy ambivalentes entre la alegría de volver a oírle y de saber que estaba vivo, y la imposibilidad de un encuentro para tomarlo en brazos. Le pido lo que haría si tuviese dinero. Después de un momento largo de silencio, me contesta que no lo sabe. El empieza una formación en un colegio profesional al inicio de colegio, pero ¿qué conflictos interiores le tocara resolver para no volver a Congo de forma prematura, es decir, sin haber entendido los retos inconscientes? «Cuando me siento así, tengo ganas de destruirlo todo, de golpear las puertas y las paredes.» «Al llegar en Francia, cada día pensaba al suicidio. Me encontraba perdido, y no entendía come estaba aquí. Lo que más me reconforta, es preparar un plato de mandioca y hablar lingala cuando encuentro los otros jóvenes en Paris con la ASEF,» sigue diciendo.

«Pero lo más difícil, es el colegio» continua, llorando, cuando un joven de su clase le dice que terminara recogiendo las basuras. «No me reconozco en ellos. Nunca tuvieron hambre. Al comedor escolar, siempre termino mi plato.»

Martial escoge proseguir con las entrevistas y se compromete para 6 meses, a razón de una vez por semana.  Acordado por la ASEF.

[1] Lacan, J. Seminario XXIV, L’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre , 1976-1977, 18 Abril 1977

[2]Ibid, Lacan, Séminaire XXIV

[3]Breuillot, C. Discutiendo el texto de Charles Marcellesi ,  « Quand résonne la voix de la cantatrice », ½ dia de trabajo , Paris 17.03.2018, no publicado

[4]Publicado el 27/06/2017 https://www.mcgill.ca/newsroom/fr/channels/news/effacement-des-souvenirs-douloureux-se-rapproche-du-268751

[5]Sossin, W. Departamento de neurologia y neurocirugia. Instituto y hospital neurologico de Montreal.

[6]Saj, Arnaud. « Les troubles de conversion et les neurosciences cognitives », Servicio de neurologia, Unidad de neuropsycologia, Hospital Universitario de Ginebra ; LabNic, Departamento de Neuroscencias, Universidad de Ginebra, Suiza, Revista de neuropsycologia, 2011/3 (Volumen 3), p.64

[7]https://www.nouvelobs.com/societe/20180619.OBS8383/les-troubles-psychiques-des-migrants-je-me-dis-que-si-je-meurs-ce-sera-pareil.html

[8]Centro Primo Levi, https://www.primolevi.org/wp-content/themes/primo-levi/La%20souffrance%20psychique%20des%20exil%C3%A9s_Rapport%20pages.pdf , Rapport 2018

[9]Lacan, J. Séminario XXIII, 13 abril 1976

[10]Médiapart, Articulo del 5/11/2011, https://blogs.mediapart.fr/bishikanda-dia-pool/blog/051116/congo-brazzaville-les-mbochi-est-le-peuple-est-le-plus-sauvage-que-j-ai-rencontre

[11]http://demainlecongobrazzaville.over-blog.com/2016/10/le-pool-berceau-de-la-resistance-politique-congolaise-mais-aussi-nid-de-traitres.html

[12]https://www.opinion-internationale.com/2016/04/06/congo-la-guerre-civile-pour-un-mandat-de-plus_42552.html

[13]Bergson, H. « L’âme et le corps », PUF, 2011, pp.28-29

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

#Litterature #environnement #Vargas

6 Sep

« Je dédie ce post à mes enfants et à tous les enfants de la terre

Puissent-ils avoir la clairvoyance et le courage que nous n’avons pas eus (et je ne leur demande pas de nous pardonner).
Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.
Nous avons chanté, dansé.
Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.
Franchement on s’est marrés.
Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.
C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.
La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.
De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.
Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi, ou crevez avec moi.
Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.
D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille) récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).
S’efforcer. Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d’échappatoire, allons-y.
Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.
Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore. »

Fred Vargas

Archéologue et écrivaine

#UE #politique #psychanalyse #migrants #Aquarius #sante #Afrique #Congo « Mais le plus dur, c’est au #collège, me dit-il dans ses derniers sanglots, quand un jeune de sa classe lui annonça qu’il terminera par ramasser les poubelles. » Texte version II

14 Août

Psychanalyse et politique de l’accueil de mineurs isolés étrangers.

Souffrir de stress post-traumatique et/ou réminiscences ? Effets dans la clinique ?

Claude Breuillot Psychanalyste AF Bourgogne

Congrès International AF 28 et 29 septembre 2018

[…]

Peut-on parler de continuum entre trauma et traumatisme ? Critiquant les effets d’un déterminisme et des évidences, le trauma de jeunes migrants isolés détermine-t-il un ou des traumatismes ? Le concept de stress post-traumatique est-il l’un des aspects imaginaires de la clinique orthopédique qui tenterait d’agir comme cataplasme sur les retentissements conscients d’un trauma jugé comme tel, par un patient ou son médecin ? Peut-on juger de ce qui fait trauma pour un autre ? Lacan, critiquant Freud, nous met en garde concernant ces vérités qui tombent à pic : «Ce que son analysant croit lui dire, ceci veut dire que tout ce que l’analyste écoute ne peut être pris, comme on s’exprime, au pied de la lettre…Ce que l’analyste sait, c’est que son patient ne parle qu’à côté du vrai, parce que le vrai, il l’ignore. FREUD, là, délire, juste ce qu’il faut, car il s’imagine que le vrai, c’est ce qu’il appelle, lui, le noyau traumatique.1  » (Lacan, Séminaire XXIV)  Cette dite clinique ne clive-t-elle pas, n’ampute-t-elle pas le Sujet de l’inconscient d’une part essentielle de lui-même ? Le concept de Pleine Conscience élaboré dans l’ombre des bouddhisteries actuelles ne répondent-elles pas uniquement à un délire d’immédiateté tentant d’éradiquer toutes possibilités de mettre du sens sur les traces sensibles des expériences de la vie même ? La temporalité et le temps long nécessaires à l’élaboration permettront l’advenir de possibles contingences dont les réminiscences sont l’envers de la vérité puisque « l’analysant ne connaît pas sa vérité puisqu’il ne peut la dire.2 » (Lacan, Séminaire XXIV) Mais alors comment se dit-elle ? Repérer, entendre, permettre l’émergence les réminiscences comme résurgences, comme traces qui ont valeur de mémoire3 (Breuillot, 2018), c’est retrouver les chaînes signifiantes entre les mots, entre les mots et les maux. « Ce que nous savons, c’est qu’il y a des lésions du corps, que nous causons, corps dit vivant qui y suspendent la mémoire, ou tout au moins ne permettent pas de compter sur les traces qu’on lui attribue quand il s’agit de la mémoire du discours. » (Lacan, Séminaire XXIV)

La mémoire : un enjeu politique et économique ?

« En 2006, le Dr Todd Sacktor, neuroscientifique, et ses collègues du Centre médical Downstate ont réussi à effacer des souvenirs chez la souris en inhibant une enzyme clé, la PKMzeta. Des études ultérieures ont cependant révélé que les choses n’étaient pas si simples : des souris chez lesquelles on avait éliminé la PKMzeta par voie génétique pouvaient emmagasiner des souvenirs tout à fait normalement, puisque d’autres molécules venaient pallier cette lacune. Pour les scientifiques s’employant à élucider le mystère de la mémorisation, c’était là un écueil, certes, mais un écueil qui ouvrait de nouvelles perspectives. En effet, si la mémorisation repose sur plus d’une molécule, peut-être est-il possible d’agir sur des souvenirs bien définis en ciblant des molécules spécifiques? » lisait -on dans les colonnes de l’Institut MacGill.4 Ce centre universitaire Québécois lié à un hôpital neurologique, contribue, écrit-il, à « l’évolution de la médecine pédiatrique et adulte en attirant des sommités cliniques et scientifiques du monde entier, en évaluant les technologies médicales de pointe et en formant les professionnels de la santé de demain » et fédère nombre d’émules en France. « Nos travaux démontrent qu’il existe divers mécanismes neuronaux de fixation des souvenirs dans le cerveau et en cela, ils sont porteurs d’espoir, puisqu’ils ouvrent la voie à l’élimination sélective des souvenirs pathologiques », affirme Wayne Sossin5.

Qui serait habilité à déterminer, trier, détruire, évaluer du pathologique des reviviscences des souvenirs, aussi douloureux soient-ils ?

Le Discours du nouvel eugénisme concernant la mémoire des peuples devient un enjeu de santé publique. La microkinésithérapie visera, selon ses énoncés, à retrouver ces traumatismes enregistrés dans le corps, vestiges de somatisations anciennes. Puis, par le biais de gestes précis et de petites pressions peu marquées, le praticien va activer l’évacuation de ces traumatismes. Quand d’autres, à lire au cours de l’article intéressant d’un neuropsychologue, suggèrent que la récupération des souvenirs traumatiques par le biais des structures amygdalo-hippocampiques pourrait déclencher certains processus émotionnels dans les régions limbiques qui pourraient, à leur tour, inhiber l’activité dans le cortex moteur, et donc produire des paralysies de conversion6 en évoquant Charcot.

Réel politique et inconscient du trauma :

« Périples et traversées traumatisants, déracinement, solitude : la santé mentale des migrants est une « urgence de santé publique » ignorée, pour laquelle les autorités doivent enfin agir, s’indignent les deux organisations humanitaires ce 19 juin, veille de la journée mondiale des réfugiés. » écrit le journal L’obs le 19 juin 20187. Chacun s’entend pour évoquer la souffrance psychique des migrants, du Centre Primo Levi à médecins du Monde en citant le stress post-traumatique en lien à leur vécu. « Sur 580 cas de troubles psychiques graves diagnostiqués par le Comede (Comité pour la santé des exilés) entre 2012 et 2016, les formes les plus courantes étaient des syndromes psychotraumatiques (60% des patients), des symptômes dépressifs (22%), des troubles anxieux (8%) et des traumas complexes (8%).

A noter, la prépondérance des syndromes psychotraumatiques était plus importante chez les demandeurs d’asile (64%).8 » Si le rapport ne manque pas d’intérêts, je relève un certain nombre de truismes. « En France, les enfants et adolescents non accompagnés sont pour la plupart des garçons. La majorité d’entre eux a entre 15 et 17 ans. Ils sont principalement originaires d’Afrique subsaharienne (Mali, Guinée, Côte d’Ivoire,Cameroun,RDC, Nigéria) mais également d’Afghanistan, du Pakistan,du Bangladesh, d’Érythrée,du Soudan, d’Angola, de Syrie et d’Europe de l’Est.Les raisons pour lesquelles ces enfants se retrouvent sur les routes de l’exil sont bien souvent les mêmes que pour les adultes : fuyant la guerre, les violences ou les discriminations,ils cherchent un avenir meilleur. »

Le Réel c’est le traumatisme9. (Lacan- Séminaire Le sinthome)

Au travers de deux vignettes cliniques, je présenterai l’apport de mon analyse aux hypothèses apportées par ce document.

1ère vignette :

Cette vignette concerne la première séance. Je nommerai ce jeune adolescent de 16 ans, Martial, congolais du Congo-Brazzaville, République du Congo, différente de la RDC. Je le reçois seul en face à face. La femme représentant sa famille d’accueil restera dans la salle d’attente. Si Tintin au Congo a marqué les esprits, ce n’est pas sans souligner la colonisation française à partir de 1882 et le racisme latent envers le bon nègre. Le Congo se positionne comme le deuxième producteur au monde de diamants. En quelques décennies, de nombreuse lignes de fractures ont remanié les limites de cette nation qui compte de nombreuses ethnies. Martial est Bonkongo, ethnie qui n’est pas celle majoritaire du Président actuel, les Mbochi qui sont bantoue. « Il n’y a aucun cas à faire en leur parole. J’en ai eu dix fois la preuve depuis mon arrivée au bas Alima. Ils n’ont aucune notion, même vague, de ce que nous appelons l’honnêteté, fait assez bizarre, car la note dominante de leur caractère est l’esprit de” Propriété” poussé à l’extrême, sous toutes ses formes… » écrivait Ponel pendant la colonisation10. La première langue actuelle est le lingala qui ne définit pas la seule ethnie bantoue, mais serait la langue de communication inter-ethnique.

Martial est un adolescent élancé, posé, coiffé afro qui se montre très attentif à ces premiers échanges. Il a été invité à me rencontrer par sa famille d’accueil, qui m’a déjà adressé un jeune mineur isolé qu’il a connu quelques mois. Ils allaient au collège ensemble en France. Il parle très bien le français qu’il manie d’une voix claire. Rapidement, je souligne une phrase de son discours :  « Ma mère m’a dit que mon père avait été assassiné.» Etait-ce parce que son père était mort quand il était petit ? Je lui demande de m’expliquer les circonstances, s’il les connaissait. Il me raconte qu’en 2016, son village qui comptait environ 500 âmes a été attaqué par des ninjas (Les ninjas sont souvent assimilés à de petits brigands qui vivent de petits pillages et de revente de drogue. Ils se déplacent par bandes de quelques individus. Ils ont commis de nombreux crimes, vols, viols, dans leur propre région, le Pool, En fait des groupes de miliciens souvent manipulés politiquement…) de la même ethnie que la sienne me dit-il. Son père a été emmené avec les autres hommes du village, alors que dans la confusion chacun tente de sauver sa peau. Je pense au massacre d’Oradour-sur-Glane décimé par un détachement du 1er bataillon du 4e régiment de Panzergrenadier Der Führer appartenant à la Panzerdivision Das Reich de la Waffen-SS. Il s’agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes pendant la deuxième guerre mondiale.

oradour

Il est alors séparé de sa mère qui est restée avec sa sœur dans les bras. Il n’aura pas de nouvelles d’elle jusqu’à ces derniers 15 jours avant cet entretien préliminaire, 15 jours où il pleura tellement que cela décida sa famille d’accueil à m’appeler. Les archives relatent l’éruption de ninjas, ex-miliciens de Pasteur Ntumi, « provoquant ainsi une vive et violente altercation avec les militaires. Appelés à la rescousse, les hélicoptères sont entrés en action en bombardant le site. Les maisons et l’église construites ont été détruites et brûlées. Quelques cases des paysans ont également été incendiées dans le voisinage de la cible. » « Nous avons assisté à partir du 4 avril 2016 à la reprise de l’opération Mouébara dans le Pool. De nombreux tués, des écoles dévastées, des populations en débandade. une véritable opération de dépeuplement – alors que la rentrée scolaire a débuté au Congo-Brazzaville. 11» Alors que « les affrontements ont débuté à l’arme lourde dans les quartiers Sud de Brazzaville , les combats se sont déplacés vers les localités de Soumouna et de Mayama, laissant la  capitale à un calme précaire12 »

massacre

Martial rejoint Brazzaville et errera dans les rues pendant 2ans1/2 sans nouvelles de sa famille. Il me dit que les journées passent vite à jouer avec d’autre enfants abandonnés, vivre de petits larcins et à vendre de l’eau. Ils rejoint des centaines d’enfants qui comme lui se retrouvent isolés, sans famille, sans papiers, étrangers dans leur propre pays.

Martial relate un moment d’espoir quand il croise, dans la rue, le regard d’un ami de son père qui venait à la maison. Il le recueille et lui propose de lui trouver des papiers dans le but de rallier ensemble la France. A l’arrivée à Paris, l’homme disparaît en le laissant à deux autres personnes noires parlant très bien français, me dit-il. Les événement survenus dernièrement sont sidérants et viennent répéter le sentiment d’abandon et l’angoisse de l’inconnu. Il vit dans un présent et l’immédiateté de la survie. Livré à ces 2 hommes, sans papiers, Martial n’a pas encore les mots pour évoquer ses peurs : un trafic d’êtres humains ? La prostitution ? Pour des raisons qui lui échappent, il est laissé par ces hommes dans la rue au mois de janvier, dans une ville du centre de la France.

Repéré par des passants, il est amené à l’ASEF (Aide sociale à l’Enfance). Entendu par le juge pour enfant sur Paris, il choisira un placement en famille d’accueil, ce que l’on peut comprendre comme une recherche de stabilité psychique.

Ce sera seulement au mois de juillet que lors des vacances de cette famille, profitant d’un rassemblement organisé par l’ASEF sur Paris, qu’il rencontre une jeune congolaise qui pense pouvoir demander des informations à sa tante au pays. La gorge serrée, il me raconte le coup de téléphone, au bout de quelques jours de cette femme qui aurait retrouvé sa mère dans un camp de réfugiés. Aux premiers mots il reconnaît sa voix mais me dit-il en pleurant : «  Je la reconnais car elle m’appelle par le surnom que mes parents me donnaient depuis que je suis bébé. Il ne pouvait pas y avoir d’erreur. Le plus difficile, c’est qu’elle m’insulta violemment après m’avoir appris la mort de mon père et compris que j’étais en France. » Je lui dis que les sentiments de sa mère étaient très ambivalents entre la joie de le retrouver, de savoir qu’il était vivant, et l’impossible d’une rencontre pour le serrer dans ses bras. Je lui demande ce qu’il ferait s’il avait de l’argent. Après un long moment de silence, il me dit qu’il ne sait pas. Il entame une formation en Lycée professionnel à cette rentrée mais quels conflits intérieurs aura t-il à résoudre pour ne pas retourner au Congo prématurément, c’est-à-dire sans en avoir saisi les enjeux inconscients. « Quand je suis comme ça, j’ai envie de frapper dans les portes et les murs, de tout casser. »

« Quand je suis arrivé en France, j’ai pensé au suicide tous les jours. J’étais perdu. Ca tourne tout le temps dans ma tête. Dans mes cauchemars, on me poursuit avec une machette. Ce qui me fait le plus de bien, c’est de préparer un plat de manioc et de parler lingala quand je retrouve d’autres jeunes comme moi à Paris avec l’ASEF, » me dit-il.

Mais le plus dur, c’est au collège, me dit-il dans ses derniers sanglots, quand un jeune de sa classe lui dit qu’il terminera par ramasser les poubelles.

Martial décide de la poursuite de nos entretiens et s’engage pour 6 mois à raison d’une fois par semaine. Accord de l’ASEF.

Texte en cours d’écriture… Copyright

1 Lacan, J. Séminaire XXIV, L’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre   1976-1977, 18 avril 1977

2Ibid, Lacan, Séminaire XXIV

3Breuillot, C. Discutant le texte de Charles Marcellesi , « Quand résonne la voix de la cantatrice. », ½ journée de travail , Paris 17.03.2018, non publié

5Sossin, W. Département de neurologie et neurochirurgie. Institut et hôpital neurologiques de Montréal.

6Saj, Arnaud. « Les troubles de conversion et les neurosciences cognitives. », Service de neurologie, Unité de neuropsychologie, Hôpital Universitaire de Genève ; LabNic, Département des Neurosciences, Université de Genève, Suisse, Revue de neuropsychologie, 2011/3 (Volume 3), p.64

9Lacan, J. Séminaire XXIII, 13 avril 1976

#société #Psychanalyse et #politique de l’accueil de mineurs isolés étrangers. Souffrir de stress post-traumatique et/ou réminiscences ? Effets dans la clinique ? #ASEF #Asile

12 Août

Texte en cours de travail…

Présentation au Congrès de psychanalyse d’Analyse Freudienne le 29 septembre.

IMG_3482

IMG_3494

J’interviendrai au sujet de…

Claude Breuillot Psychanalyste AF Bourgogne

twitter: @cbreuillot (Copyright)

_________________________________________

                          Peut-on parler de continuum entre trauma et traumatisme ? Critiquant les effets d’un déterminisme et des évidences, le trauma de jeunes migrants isolés détermine t-il un ou des traumatismes ? Le concept de stress post-traumatique est-il l’un des aspects imaginaires de la clinique orthopédique qui tenterait d’agir comme cataplasme sur les retentissements conscients d’un trauma jugé comme tel, par un patient ou son médecin ? Peut-on juger de ce qui fait trauma pour un autre ? Lacan, critiquant Freud, nous met en garde concernant ces vérités qui tombent à pic : «Ce que son analysant croit lui dire, ceci veut dire que tout ce que l’analyste écoute ne peut être pris, comme on s’exprime, au pied de la lettre…Ce que l’analyste sait, c’est que son patient ne parle qu’à côté du vrai, parce que le vrai, il l’ignore. FREUD, là, délire, juste ce qu’il faut, car il s’imagine que le vrai, c’est ce qu’il appelle, lui, le noyau traumatique.1  » (Lacan, Séminaire XXIV)  Cette dite clinique ne clive t-elle pas, n’ampute t-elle pas le Sujet de l’inconscient d’une part essentielle de lui-même ? Le concept de Pleine Conscience élaboré dans l’ombre des bouddhisteries actuelles ne répondent-elles pas uniquement à un délire d’immédiateté tentant d’éradiquer toutes possibilités de mettre du sens sur les traces sensibles des expériences de la vie même ? La temporalité et le temps long nécessaires à l’élaboration permettront l’advenir de possibles contingences dont les réminiscences sont l’envers de la vérité puisque « l’analysant ne connaît pas sa vérité puisqu’il ne peut la dire.2 » (Lacan, Séminaire XXIV) Mais alors comment se dit-elle ? Repérer, entendre, permettre l’émergence les réminiscences comme résurgences, comme traces qui ont valeur de mémoire3 (Breuillot, 2018), c’est retrouver les chaînes signifiantes entre les mots, entre les mots et les maux. « Ce que nous savons, c’est qu’il y a des lésions du corps, que nous causons, corps dit vivant qui y suspendent la mémoire, ou tout au moins ne permettent pas de compter sur les traces qu’on lui attribue quand il s’agit de la mémoire du discours. » (Lacan, Séminaire XXIV)

La mémoire : un enjeu politique et économique ?

« En 2006, le Dr Todd Sacktor, neuroscientifique, et ses collègues du Centre médical Downstate ont réussi à effacer des souvenirs chez la souris en inhibant une enzyme clé, la PKMzeta. Des études ultérieures ont cependant révélé que les choses n’étaient pas si simples : des souris chez lesquelles on avait éliminé la PKMzeta par voie génétique pouvaient emmagasiner des souvenirs tout à fait normalement, puisque d’autres molécules venaient pallier cette lacune. Pour les scientifiques s’employant à élucider le mystère de la mémorisation, c’était là un écueil, certes, mais un écueil qui ouvrait de nouvelles perspectives. En effet, si la mémorisation repose sur plus d’une molécule, peut-être est-il possible d’agir sur des souvenirs bien définis en ciblant des molécules spécifiques? » lisait t-on dans les colonnes de l’Institut MacGill.4 Ce centre universitaire Québécois lié à un hôpital neurologique, contribue, écrit-il, à « l’évolution de la médecine pédiatrique et adulte en attirant des sommités cliniques et scientifiques du monde entier, en évaluant les technologies médicales de pointe et en formant les professionnels de la santé de demain » et fédère nombre d’émules en France. « Nos travaux démontrent qu’il existe divers mécanismes neuronaux de fixation des souvenirs dans le cerveau et en cela, ils sont porteurs d’espoir, puisqu’ils ouvrent la voie à l’élimination sélective des souvenirs pathologiques », affirme Wayne Sossin5.

Qui serait habilité à déterminer, trier, détruire, évaluer, du pathologique des reviviscences des souvenirs, aussi douloureux soient-ils ?

Le Discours du nouvel eugénisme concernant la mémoire des peuples devient un enjeu de santé publique. La microkinésithérapie visera, selon ses énoncés, à retrouver ces traumatismes enregistrés dans le corps, vestiges de somatisations anciennes. Puis, par le biais de gestes précis et de petites pressions peu marquées, le praticien va activer l’évacuation de ces traumatismes. Quand d’autres, à lire au cours de l’article intéressant d’un neuropsychologue, suggèrent que la récupération des souvenirs traumatiques par le biais des structures amygdalo-hippocampiques pourrait déclencher certains processus émotionnels dans les régions limbiques qui pourraient, à leur tour, inhiber l’activité dans le cortex moteur, et donc produire des paralysies de conversion6 en évoquant Charcot.

Réel politique et inconscient du trauma :

« Périples et traversées traumatisants, déracinement, solitude : la santé mentale des migrants est une « urgence de santé publique » ignorée, pour laquelle les autorités doivent enfin agir, s’indignent les deux organisations humanitaires ce 19 juin, veille de la journée mondiale des réfugiés. » écrit le journal L’obs le 19 juin 20187. Chacun s’entend pour évoquer la souffrance psychique des migrants, du Centre Primo Levi à médecins du Monde en citant le stress post-traumatique en lien à leur vécu. « Sur 580 cas de troubles psychiques graves diagnostiqués par le Comede (Comité pour la santé des exilés) entre 2012 et 2016, les formes les plus courantes étaient des syndromes psychotraumatiques (60% des patients), des symptômes dépressifs (22%), des troubles anxieux (8%) et des traumas complexes (8%).

A noter, la prépondérance des syndromes psychotraumatiques était plus importante chez les demandeurs d’asile (64%).8 » Si le rapport ne manque pas d’intérêts, je relève un certain nombre de truismes. En France, les enfants et adolescents non accompagnés sont pour la plupart des garçons. La majorité d’entre eux a entre 15 et 17 ans. Ils sont principalement originaires d’Afrique subsaharienne (Mali, Guinée, Côte d’Ivoire,Cameroun,RDC, Nigéria) mais également d’Afghanistan, du Pakistan,du Bangladesh, d’Érythrée,du Soudan, d’Angola, de Syrie et d’Europe de l’Est.Les raisons pour lesquelles ces enfants se retrouvent sur les routes de l’exil sont bien souvent les mêmes que pour les adultes : fuyant la guerre, les violences ou les discriminations,ils cherchent un avenir meilleur. »

Au travers de deux vignettes cliniques, je présenterai l’écart entre mon analyse et les certitudes apportées par ce document.

Le Réel c’est le traumatisme. (Lacan- Séminaire Le sinthome)

Travail en cours…

1 Lacan, J. Séminaire XXIV, L’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre   1976-1977, 18 avril 1977

2Ibid, Lacan, Séminaire XXIV

3Breuillot, C. Discutant le texte de Charles Marcellesi , « Quand résonne la voix de la cantatrice. », ½ journée de travail , Paris 17.03.2018, non publié

5Sossin, W. Département de neurologie et neurochirurgie. Institut et hôpital neurologiques de Montréal.

6Saj, Arnaud. « Les troubles de conversion et les neurosciences cognitives. », Service de neurologie, Unité de neuropsychologie, Hôpital Universitaire de Genève ; LabNic, Département des Neurosciences, Université de Genève, Suisse, Revue de neuropsychologie, 2011/3 (Volume 3), p.64

 

 

 

 

 

 

Galerie

#Paris Congrès International de #psychanalyse #psicoanalisis #Psychoanalysis 29/30 septembre 2018 – Association Analyse Freudienne Souffrons-nous encore de nos #réminiscences ?

12 Août